Exposition 2009 / 2010
© 2015 agnes dupre

 

Exposition été 2009 / 2010

 

Savoyards par Monts et par Vaux

Quand il fallait partir travailler ailleurs…

Migrations des Savoyards du Haut Faucigny à travers l’histoire

 

Pour sa 2éme exposition à la Ferme d’Isidore, le Musée de la Pente présente cet été une exposition consacrée aux migrations par le travail des Savoyards du Haut Faucigny.                     Une rétrospective passionnante de l’histoire des colporteurs du XVIIe aux Cols rouges de l’Hôtel Drouot de nos jours.

Dès le Moyen Age les Savoyards des villages de montagne du Faucigny, tout comme ceux de Tarentaise ou de Maurienne, se devaient de quitter leur pays pour gagner leur vie ailleurs.

La longueur des hivers, la faiblesse des rendements et l’irrégularité des récoltes obligeaient à une émigration saisonnière pendant la morte saison agricole. Vers la Toussaint, des groupes d’hommes et d’enfants partaient louer leur bras à Genève, Lyon, Turin mais aussi vers l’Allemagne et l’Autriche… La plupart étaient travailleurs saisonniers mais pour certains, les retours au pays finissaient par s’espacer, l’absence devenant temporaire puis définitive.

Gagne-deniers, portefaix, ramoneurs, peigneurs de chanvre… La pauvreté contraignait certains à accepter des tâches pénibles et mal payées.

A côté de cette émigration de misère se développera une émigration marchande caractéristique du Haut Faucigny.

Ce sont d’abord les artisans ambulants, chaudronniers, magnins ou ferblantiers qui vendent et entretiennent les ustensiles de cuisine et les outils.  

Puis viennent les colporteurs merciers qui portent leur « balle » sur les chemins. Certains auront des réussites exceptionnelles formant ainsi une aristocratie marchande très riche. Ces migrants fortunés garderont toujours un profond attachement à leur village d’origine, finançant des retables, aidant à la reconstruction d’églises, de chapelles et à l’installation de régences….

 

Après la Révolution, la France deviendra la principale destination de ces migrations. Paris, en plein essor industriel, comptera en 1860 40 000 Savoyards parmi lesquels une foule de domestiques, de frotteurs de parquets, de chauffeurs de taxi mais aussi de commissionnaires à la salle des ventes…  Ce sont les fameux « Cols rouges » de l’Hôtel Drouot, dont la légende raconte que Napoléon III aurait attribué aux savoyards le privilège d’y être commissionnaires…

Cette exposition retrace dans les grandes lignes, toute la complexité des migrations par le travail des Haut- Faucignerans entre le XVIIe et le XXe siècle. Deux grandes parties se distinguent : l’une consacrée aux destins des colporteurs,  l’autre, encore d’actualité, aux Cols rouges de l’Hôtel Drouot.

Archives, estampes, photographies, documentaires vidéo illustrent l’ensemble de cette exposition.

    Voir la vidéo de l'exposition...

                                                    

 

Informations pratiques

Ouverture prévue du samedi 3 juillet au 19 septembre 2010

Horaires :

 

Du 3 juillet au 31 août 2010

ouvert

de 15h30 à 18H30

Du lundi au dimanche - Fermeture hebdomadaire : le Mardi

 

Du 1 septembre au 19 septembre 2010

ouvert

de 15h30 à 18h30

Du mercredi au dimanche

 

Tarifs :

2,50 / adulte

Gratuité pour les enfants jusqu'à 18 ans

 

Télécharger la plaquette d'informations en cliquant ici

 

Visionner le reportage de la 8 Mont-Blanc Eté 2009

http://www.youtube.com/watch?v=cIItCxTP9Uw

 

Découvrir l'exposition  1   2  3