Découvrir l'exposition 09-10 / 2
© 2015 agnes dupre

La diversité des négoces aux XVIIe et XVIIIe siècles

 

Dans ces vastes mouvements migratoires, la volonté d’entreprendre et de réussir différencie les migrants qui se dirigent vers le négoce, de l’émigration prolétarienne.  

Le milieu le plus dynamique aux XVIIe et XVIIIe siècles est celui des merciers, qui désigne à la fois les marchands d’articles de textile, de quincaillerie, d’épicerie, de papeterie ou encore d’articles pieux...

Les chaudronniers, magnins (rétameurs), ferblantiers, tous artisans ambulants, forment une seconde catégorie.

Puis apparaissent des négoces plus spécialisés, comme les marchands de graines, peu représentés dans le Haut Faucigny. Tout au bas    de l’échelle du commerce, se trouvent les aiguiseurs et rémouleurs dont le statut reste très précaire.

Au XVIIIe siècle, le mouvement migratoire du Duché de Savoie est estimé entre 20 à 30 000 personnes. Ce nombre englobe à la fois?les migrants temporaires, saisonniers et définitifs qui ont cependant conservé des liens avec le pays natal. Il est raisonnable de penser que l‘émigration marchande pouvait représenter environ 15% de ce mouvement migratoire global.

Pour la province du Faucigny, à partir de la fameuse « Consigne des mâles » de 1726, on comptabilise 1200 des 3000 émigrants masculins qui exercent une activité mercantile, soit 40% du total.

En dehors de ces professions de négoce, il serait cependant abusif de conclure que le reste des émigrants est uniquement prolétarien. La réalité est plus complexe. A Lyon par exemple, pôle important de l’immigration savoyarde, les recensements à la fin du XVIe siècle démontrent que la nomenclature des métiers savoyards ne comprend pas moins de 140 états différents. Aux côtés des gagne-deniers, portefaix, domestiques, ouvriers de soierie ou du bâtiment, certains s’établissent à leur propre compte : muletiers, cafetiers, aubergistes...

 

Le portefaix

     Illustration Musée d'Art et d'Histoire de Chambéry

 

Rémouleurs et aiguiseurs

Poussant leurs meules et portant leurs accessoires, souvent accompagnés d’un jeune garçon, ils sont familiers dans les villes et villages d’autrefois. Pour améliorer leurs maigres revenus ils font aussi parfois commerce d’outils tranchants (rasoirs, couteaux, ciseaux…).

Le gros bataillon « d’esmouleurs » savoyards est issu du Chablais et exerce en terre de Savoie, en Suisse, en Alsace-Lorraine ou en Allemagne. Ce sont des gagne-petit et le milieu n’offre guère de possibilité de promotion sociale. Leur migration est plutôt saisonnière et s’exerce dès le mois de décembre jusqu’au début du printemps. 

 

 

   

 

Chaudronniers, magnins, ferblantiers, potiers d’étain

De nombreux émigrants pratiquent saisonnièrement ces métiers. Ils concernent la vente, l’entretien et la réparation des ustensiles culinaires et autres outils ménagers en cuivre, en fer ou en fonte.

Depuis le début du XVIIe siècle, se trouvent dans le Duché de Savoie plusieurs centres de fabrication d’articles de chaudronnerie et de dinanderie notamment à Faverges, Sallanches ou encore Magland. La commercialisation de ces productions autochtones est probablement à l’origine des activités itinérantes des chaudronniers et magnins qui migrent dans le Valais voisin, le Val d’Aoste ou        la Suisse alémanique.

Le chaudronnier ambulant s’approvisionne chez un fabricant ou un grossiste et dépose temporairement ses marchandises dans des cabarets ou chez des particuliers de confiance, sur le chemin de son négoce. Il vend à crédit une marchandise elle-même achetée à crédit à ses fournisseurs.

Pour la seule province du Faucigny, en 1726, plus de 300 chaudronniers et magnins sont recensés « partis à l’étranger », dont 130 pour la paroisse de Magland et à peu près autant pour Saint-Roch, intégré à la paroisse de Sallanches. Le secteur de Scionzier à Sallanches constitue un des grands foyers d’émigration de ce type de négoce.

 

Les rétameurs

Illustration Musée d'Art et d'Histoire de Chambéry

 

Merciers

Il s’agit des colporteurs-merciers, du latin  « mercator » : marchand. Dès la fin du Moyen Age, la Savoie du nord pratique cette émigration de qualité. Avec certaines parties du Chablais et de la Tarentaise, son foyer principal est le Faucigny (Megevette, Nancy-sur -Cluses, le bassin de Sallanches et le Val Montjoie). Les merciers forment le gros bataillon de l’émigration marchande savoyarde et se livrent uniquement à des activités mercantiles. Ce négoce, enraciné dans des traditions communautaires, est de loin le plus complexe dans son organisation.

La commercialisation de produits fabriqués en Savoie a pu inciter des colporteurs à tenter leur chance hors du Duché.  Il en est ainsi pour la production de dentelles du Val d’Arly à base de fil de chanvre, de lin ou de crin de cheval. Mais la plupart du temps, les marchands savoyards commercialisent des produits fabriqués dans les régions où ils négocient. Tout comme les chaudronniers, ils achètent à crédit et déposent leur stock en plusieurs points sur leur itinéraire.

Muni d’un certificat de baptême, pour ne pas être regardé comme un sans-patrie, le « trafiquant » chemine la plupart du temps accompagné d’un fils, d’un frère ou d’un neveu. D’une part pour porter plus de marchandises et d’autre part, pour raison de sécurité, afin d’éviter de se faire dépouiller tout au long des chemins de sa « balle »  et de l’argent gagné…

Si pour certains l’émigration est saisonnière durant la période hivernale, cette activité donne lieu à une sédentarisation pour sans doute plus de la moitié d’entre eux. Ils auront réussi, s’installeront sur place, ouvriront commerce et fonderont même une famille. Pour commercer plus efficacement, ils espacent alors petit à petit les retours au pays et, de temporaires, leurs migrations deviennent définitives….

Puissant levier social, l’émigration marchande des merciers aura permis à des milliers de paysans montagnards de sortir de la misère et de connaître parfois des destins éclatants.

 

 

Le colporteur

Illustration Musée d'Art et d'Histoire de Chambéry

Extrait du catalogue de l'exposition 2009 / 2010

                                                                                                                                               

 

 

Page suivante